Après l’interview vérité de Hide après sa mort, Jpop Trash vous offre en exclusivité mondiale celle de Yoshiki de son vivant, et qui était venu gagner un petit peu d’argent au black à Japan Expo en juillet 2007. Nous ne pouvions pas laisser passer cette chance. Jpop Trash, toujours plus fort que les autres !
Cette interview fut laborieuse à réaliser. Afin d’accéder à Yoshiki, il fallut tout d’abord graisser la patte des organisateurs de Japan Expo ; exercice périlleux vu qu’ils sont salement entraînés là-dessus… Ensuite, trouver un local pour discuter avec lui. Ben oui, quand on fait rentrer dans un salon plus de gens que les règles de sécurité ne l’autorisent juste pour faire des entrées supplémentaires, la place est rare. Après avoir cherché longuement, nous avons jeté notre dévolu sur le réfectoire. Endroit exigu mais chaleureux car proche de la friteuse. Nous étions assis sur des pots de mayonnaise industrielle de 50kg en guise de tabouret. Yoshiki, habitué au confort, décida de s’asseoir sur un croque-monsieur. L’interview pouvait commencer.
Entretien avec une soi-disant légende de la musique qui en est réduit à faire les conventions d’otaku occidentaux puisqu’il n’y a plus que là qu’il trouve encore des fans à plumer…


Yoshiki, heureux et détendu pendant notre interview.

Jpop Trash : Yoshiki, tout d’abord merci à vous de nous accorder cette interview.
Yoshiki : De rien. Depuis l’arrêt de X Japan en 97, j’ai du temps de libre vous savez.

Alors il y a trois jours vous étiez en Europe, avant-hier en France, hier à Paris, et aujourd’hui à Japan Expo. C’est pas épuisant toutes ces destinations exotiques et lointaines en si peu de temps ?
Oui mais quand on dort, on se repose et ça va mieux après.

Ou en est votre projet S.K.I.N. ?
Ça arrive bientôt, comme Violet UK.

Est-il vrai que Miyabi sera de la fête, vous savez, le Gackt des écoles primaires ?
Peut-être.

Et Hyde aussi, du fameux groupe L’arc-En-Ciel, qui est au rock ce que les chaussures sont à un cul-de-jatte ?
Pourquoi pas ?

Et pour Gackt, info ou intox ? Ce serait bien qu’il vienne quand même, ça donnerait une touche plus masculine au milieu de toutes ces folles.
Qui peut savoir ?

Et on parle beaucoup aussi de la venue de Christophe Willem ?
Oh sûrement !

Rhaaaa, tout cela est si excitant !! Tous ces gens de talent sur une seule scène, c’est dingue la vie, on avait pas vu ça depuis… depuis… depuis USA For Africa et leur We Are The World en 1985 !!! Sauf que là, c’était pour faire des sous afin de sauver la vie de gens dans la misère.
Nous aussi.

Parlons de vos débuts, comment avez-vous commencé à jouer de la batterie.
C’est une histoire assez longue et dingue.

On a le temps, les frites ne sont pas encore cuites.
Ok, alors, un jour, j’ai acheté une batterie.

Oui ?
Et j’ai tapé dessus.

Vraiment ?
Oui, et tous les jours.

Wow ! Quel scoop ! Et vous tapiez dessus longtemps ?
Parfois 12h de suite, parfois une demi journée complète, ça dépendait.

Yoshiki, au temps magique de X Japan.

C'est fou ça !
Parfois je m’arrêtais pour faire d’autres choses.

Lesquelles ?
Dormir et, moins souvent, manger.

Ah ben oui, c’est vrai que vous les stars, vous avez une vie très différente de la nôtre, les minables.
Certes.

Alors on ne parle plus que de ça dans les caves et autres soirées de rock visuelles qui ont lieu dans des chambres de 5m², vous allez reformer X Japan et uniquement pour l’amour de la musique bien sûr.
Probablement.

Comment vous est venu cette idée ?
Après ma première saisie.

Mais encore ?
Au début, j’en parlais autour de moi. Et puis après, j’en ai parlé à Pata. Et puis après, on en a parlé à Heath. Et une nuit qu’on jouait aux cartes Pokemon, j’en ai parlé à Toshi, qui fumait du teushi d’ailleurs ce soir là. Et un jour, on en a tous parlé ensemble. Et puis comme aucun de nous a réussi à faire quelque chose depuis X Japan...

A ce propos, qu’est devenu Pata pendant toutes ces années ?
Il s'est lancé dans la commercialisation d'un jouet.

Ah oui ? De quel genre ?
C’est un personnage qu’il faut monter et démonter avec des pièces détachées comme des bras, des jambes, des yeux etc.

Et ça s’appelle comment ?
Mr Pata.

Que sentiez-vous lorsque vous faisiez pendant des heures de la batterie dans les concerts de X Japan à la grande époque ?
La transpiration.

D’après vous, que vous dirait Hide s’il vous entendait à l’heure actuelle ?
J’ai mal au cou.

Vous êtes donc en France, comment trouvez-vous notre pays ?
J’ai vu plein de pigeons.

Ah, nos oiseaux des villes.
Non non, pas des oiseaux…

Et vos fans que vous avez vu à Japan Expo ? Quelles sont vos impressions ?
Beurk !

La spéciale dédicace de Yoshiki sur sa batterie.

Qu’est-ce que cela fait de passer du Tokyo Dome à une salle comme Japan Expo ?
Mal.

Que pensez-vous de cet engouement pour la sous-culture japonaise en ce moment ?
15h23.

Que conseillerez-vous pour les gens que vous avez influencé avec votre musique et qui veulent devenir comme vous ?
Poursuivre leurs études et devenir comptable.

A quel artiste vous identifieriez-vous le plus ?
Pascal Sevran !

Pourquoi ?
Je suis comme lui, un ringard qui n'a rien fait depuis des années, qui vit sur son passé et qui fait rêver d'autres ringards restés bloquer dans une époque révolue. Mais la nostalgie est un bon filon, surtout quand on a rien d'autre à présenter.

Et que faites-vous pour être aussi en forme ?
Je me drogue.

Et la marmotte, elle met vraiment le chocolat dans le papier ?
Evidemment.

Une dernière chose, que désirez-vous le plus en ce moment ?
Faire caca !

Alors pensez bien à tirer la chasse plusieurs fois, vos fans sont tellement cons qu'ils pourraient ramener ça chez eux ou le revendre et il y aurait des acheteurs... En tout cas, merci Yoshiki pour cette interview d’une incroyable richesse et digne des autres que vous avez donné récemment, aussi bien sur le Net que sur la scène de Japan Expo. On se sent beaucoup plus éclairé maintenant et bravo aux gens qui ont dépensé plus de 200€ pour racheter au black des places afin de pleurer de bonheur devant quelqu'un d'aussi intéressant et possédant une conversation si passionnante. Prochaine interview des Trasheurs, une autre légende du Japon qui sera en direct de la foire au boudin et aux cosplayeuses de Massy-Palaiseau : Bernard Minet !

Propos recueillis par les Trasheurs. Traducteur : Roberto san.

En partenariat avec :

Ray Ban La petite boutique de Manu Katché Japan Expo Les tripes de porc

home