Comme vous le savez, nous prenons beaucoup de plaisir à nous infiltrer à Japan Expo. C'est pour nous l'occasion de visiter une foire aux cons où cohabitent le grotesque, le ridicule, le narcissisme et le voyeurisme à des niveaux qui dépassent l'entendement. On s'étonne même que tout ça soit légal, tant les églises de toute confession réprouveraient les motivations des participants. En tout cas, c'est dans ce genre d'événements que l'on trouve notre énergie et notre inspiration. Vous êtes notre potion magique et notre meilleur source de revenus, alors que nous vous détestons au plus haut point! C'est merveilleux.
A Japan Expo, on avait découvert les préselections pour le World Cosplay Summit de Nagoya. On était déjà consternés par le niveau actuel de la communauté cosplay française, énorme ramassis d'immondes losers boutonneux cons comme des balais, et l'on se demandait s'il était possible de tomber encore plus bas. Pendant ces vacances, on s'est dit: - Pourquoi ne pas aller voir à quoi ressemblent les cosplayeux étrangers pour les comparer à nos propres minables?
Par les temps qui courent, c'était pas le bon moment de financer un voyage. Sauf que les fans ne semblent pas connaître la crise, pour preuve, notre audimat et les bénéfices de notre partenariat avec Yesasia. On a ainsi pu financer notre séjour au Japon sans aucun problème, avec voyage en classe affaire et hôtel presque de luxe! Incroyable! Et tout ça en balançant juste des vannes dignes de l'école primaire sur un site tout pourri.

Alors, premier choc sur place : le milieu geek-otaku-gothic-lolita-cosplayeux-fanatique-et amateur virtuel de chair très fraîche est apprécié par le gouvernement nippon. On est arrivé au bon moment pour découvrir qu'en pleine crise économique, le Japon a construit une réplique de Gundam dans un parc de Tôkyô. Le premier ministre semble avoir des projets pour célébrer la culture manga et remercie la communauté des otaku d'Akiba pour leur contribution à la société de consommation japonaise. Il faut dire qu'ils sont des citoyens idéaux: aucun connaissance historique, aucun intérêt pour la politique, prêts à bosser pour 630Yen de l'heure sans sécu et retraite, tout en consommant frénétiquement des objets inutiles... Tout comme l'on force des millions d'Américains à devenir des obèses (ils consomment à fond et meurent très vite), la même chose se passe au Japon avec les otaku. Génération sacrifiée aux intérêts économiques et aux lobbies.

Second choc : le WCS attire plus d'amateurs que d'officiels. Les gens ne viennent pas pour voir les participants mais surtout pour se montrer. Nous vous le disions déjà dans notre portrait du cosplayer, l'exhibitionnisme est le moteur de ces gens-là! Les cosplayeux se pointent tous avec une valise à 2 roulettes et squattent partout. On ne vous raconte pas l'ambiance parking à valises dans le hall de la galerie commerçante sélectionnée pour le WCS. Les gens ne se mélangent pas. On se regroupe par thèmes. Dans un coin, les fans décérébrés de Naruto, un peu plus loin les fans dépassés de Dragon Ball Z. On retrouve des Sailormoon, des combattants de Street Fighter, les inévitables pilotes féminines de l'anime Evangelion reconnaissables à leurs costumes outrageusement moulants, des gothic lolitas pas du tout branchées japanime mais qui aiment déambuler dans un lieu où on ne se moque pas d'elles ou l'on ne leur lance pas des pierres... Il arrive aussi qu'on croise des femmes bien trop âgées pour le cosplay et qui pourtant se pointent avec des costumes taillés pour des top-modèles. Dans ce genre d'événement, les ultras sont les bandes de garçons de type Akiba-kei. Conformes à l'image véhiculée dans le film Densha Otoko, on les reconnaît à leur style : gros, lunettes, cheveux gras, chemise à carreaux, petit sac à dos et appareil photo Reflex numérique... Ceux-là se mélangent encore moins aux autres. Ils restent entre eux et squattent un seul endroit, place stratégique trouvée plusieurs heures avant tout le monde qui permet un angle de vue intéressant lors de l'arrivée de leurs idoles...

Et maintenant, place à la bêtise humaine:

Comme on voulait voir les coulisses, on est arrivés avec un jour d'avance, ce qui nous a permis de voir les répétitions. Ça nous a rappelés le théâtre à la petite école. Bref, du niveau amateur plein pot mais on a l'habitude avec les cosplayeurs... Staff : - Demain, faudra raccourcir ta jupe jusqu'à la ligne blanche. On a les fans d'Akiba qui ont réservé le premier rang! Voilà le jour J! Ça commence fort pour nous. Avec notre objectif professionnel, les cosplayeurs ont vite ignoré les nombreux téléphones improvisés comme appareils photo pour se tourner vers nous. Ils ne savaient pas que nous oeuvrions pour les démolir!
Des photographes de plus d'une soixantaine d'années semblaient très emballés pour prendre des photos de filles prépubères... Il n'a pas fallu longtemps pour qu'on aperçoive une délégation occidentale, reconnaissable à son tour de taille... Nous ne savons pas pour vous, mais nous, c'est le genre de truc qui nous donne envie de tuer...
Avec le cosplay, tout est permis. On peut poser sans réfléchir à la cohérence du thème abordé... Nouveau! Pokémon, avec plus de protéines!!
Lorsqu'elle a aperçu notre objectif, elle a pris grand plaisir à prendre les poses qu'elle maitrise le plus. On a sélectionné cette dernière. Les sapins de noël sont déjà de sortie... Globalement, tout le monde se prenait en photo. On ne savait plus où donner de la tête, car c'était aussi curieux des deux côtés de l'objectif.
Rencontre du 3e type : les gothic lolitas se retrouvent face à des cosplayeurs. Les deux groupes ont souhaité se prendre mutuellement en photo. Pour que tout se passe bien, ils se sont fait un petit cours pour expliquer le fonctionnement de leurs appareils respectifs, qui sont les mêmes... Probablement le cosplayeur le plus malin de l'événement : il a caché son visage jusqu'au bout et a réussi à se faire remarquer devant les caméras de la télévision locale.

Cosplayeur masqué : - Hey les filles, vous voulez voir ce que je cache sous mon manteau?
Sachiko : - Mais il n'était pas mort l'abbé Pierre?

Vidal Sassoon et l'Oréal étaient aussi présents... On aurait jamais cru pouvoir un jour croiser un bonze rose sirotant un lait de soja glacé... La religion fout le camp! Un gars est arrivé et a monté une mini tente. Après quelques minutes, il en est ressorti Spider-man ! Totalement décalé par rapport au thème "japanime", le type a été quasiment ignoré toute la journée. Le plus marrant, c'est que son costume étant intégral, il a absorbé plein de flotte par les pieds. Quand il marchait, ça faisait "sprotch sprotch"... On l'entendait arriver de loin!
Encore un cosplayeur malheureux. Il avait pourtant tout fait pour se faire remarquer avec son costume moulant montrant qu'il n'avait pas de sous vêtements, mais rien à faire. Les photographes l'ont ignoré... Sailor Chevaline était aussi de la partie.

Le Chat Machine : - Il a l'air con ce lapin!
Le Lapin Cassegrain : - Il a l'air con ce chat!

Il est resté comme ça pendant 10mn, à l'affut d'un ennemi à flinguer, puis il s'est endormi tout seul... Numéro 16 va mieux. Il a trouvé un poste d'animateur-chanteur intérimaire pour faire patienter les spectateurs avant l'ouverture de la compétition. Comme tous les aficionados du karaoké, il chante comme une merde. Groupe de cosplayeurs se prenant mutuellement en photo. On a été pris par un rictus de dégoût en réalisant que le nombril visible est celui d'un homme travesti.
A distance du cirque, des cosplayeurs occupent illégalement des escaliers peu fréquentés, pour se changer, prendre des photos entre eux, s'échanger leurs adresses et s'entre-complimenter sur leurs costumes. On avait l'impression d'un club privé. Chevalier Domestos et son panier à essorer la salade se sentaient bien seuls tous les deux. Personne n'est venu pour poser à leurs côtés. Thème improbable : une samouraï qui a une sonde anale!
Chevalier Domestos : - Eh, tu veux pas faire une photo avec moi, plutôt?
Akira : - Va te branler!
Chevalier Domestos : - Je voudrai bien...
Chevalier Domestos : - Ah, enfin un photographe s'intéresse à moi. Pourvu qu'il se rende pas compte que j'ai un catadioptre de vélo entre les deux yeux. En matière de symboles, les Japonais ont toujours un très bon goût.
Juste derrière le coin Naruto, une créature hermaphrodite dotée de semelles ultra compensées grignote son gouter en regardant l'équipe de cosplay Dragon Ball. On a pas trop compris par quel orifice il ou elle mange... On essaie encore de deviner ce que cela peut être. Un mix entre un hamburger composé de 2 destroyers impériaux sur une serviette de bain? Donne la papatte!!
Gouinette Paltemp & Sandal-Head! Tout le monde se prenait mutuellement en photo. Il faut dire que le cosplayeur a souvent l'impression que l'autre est pire... Monstres contre Aliens.
Pour faire patienter avant la cérémonie, on fait venir sur scène quelques chanteuses de génériques. Notez les jambes arquées grotesque, on était bel et bien au Japon! Les Trasheurs : - Vous êtes française n'est-ce pas?"
Brenda : - Ah, c'est parce que j'ai pas de bride que vous m'avez reconnu?
Les Trasheurs : - Non non...
Dans le parc voisin, on empiète sur les espaces squattés par les SDF pour faire des séances photos.
Le plus dur, c'était de sortir du bus sans casser le bidule... Dès que les chanteuses de génériques commencent leur prestation, les quelques groupes d'otaku fanatiques entrent en transe. Ils sortent leur éventail à l'effigie de leur idole, se positionnent et se mettent à danser en synchro (synchro très relative, tout de même). Ils crient entre deux couplets de la chanteuse. La moitié du public regarde la chanteuse, l'autre moitié regarde ces abrutis. - Ne vous inquiétez point, princesse. un laquais a été mandé pour s'en aller vous chercher moult Coca et autres festins chez le seigneur Macdo. Il ne devrait point tarder.
Au départ, on pensait qu'une classe de collégiennes s'était réunie pour une photo entre camarades de classe. En regardant attentivement, on s'est rendu compte que des hommes travestis s'étaient glissés dans le groupe. Beurk!!!
Certains n'ont rien trouvé de mieux à faire que d'amener leur marmaille. Cosplay en famille, c'est trop LOL! Tout le monde a le même âge mental! Les vrais Nameks n'ont pas de femelles et ne souffrent pas de surpoids. Invasion de puces! Ça gratte!!
Ryu et Chun Li sont désormais à la retraite. Ils ont désactivé le mode turbo. Ils ont gardé la pose jusqu'à la crampe. Gonta-kun : - Attends, Panoramix! Tu saurais pas où sont les toilettes? Une représentante de la délégation française a été aperçue. Elle a tenté d'échapper à notre objectif. On a été très surpris par sa célérité!
Le Petit Prince avait raison: ce qui est important est invisible à l'oeil nu. Ici, c'est le photographe équipé d'un zoom professionnel qui est venu la photographier sous tous les angles, en particulier les hanches. Le gars devait avoir plus de 50 ans... Mario et Luigi sont plus que des frères dans l'intimité... Qu'il y en avait du monde devant ce personnage. Il y a souvent une corrélation entre le nombre de photographes et la visibilité des tétons. Curieux non?
Dehors, une deuxième vague de cosplayeux arrive et se change : il en ressort des transsexuels. Retour au rez-de-chaussée : face aux Naruteux, deux groupes de cosplayeux sur le sempiternel thème "dragon ball". Le premier groupe est exclusivement japonais. Piccolo a mal supporté l'arrêt de Dragon Ball et a sombré dans l'alcool. Les produits vinicoles de basse extraction lui ont ravagé la gueule!
Chevalier Domestos cherche les chiottes. Le 2e groupe sur le thème "Dragon Ball" (quelle originalité!) avait pour particularité d'être une équipe brésilienne. On est resté quelques temps pour prendre la température. Ça n'a pas loupé. Un japonais est passé et a dit que ce drapeau à côté de Dragon Ball, c'était du n'importe quoi. Il n'avait pas tort, mais on peut aussi constater que les Japonais font un évènement "international" mais restent largement entre eux.
Char est le meilleur pilote de l'univers, mais il a du mal avec le dernier Canon Powershot. On est ressorti pour vomir un peu et on est tombé sur ça. On pense que l'année prochaine, le WCS fusionnera avec la convention internationale des prostiputes. Là, on a eu des ennuis de réglage avec notre appareil photo qui nous signalait un problème de saturation au niveau des couleurs...
D'où viennent-ils? Aucune idée. Cuba sans doute... Nouveau! Le couteau à beurre version "King of Fighters"!! Dédé le lapin : - J'en peux plus. Ce string en rotin me gratte depuis 2 heures. Enlève-le tout de suite!
Avec cette omniprésence de truies, cela a attiré quelque cochons qui se sont bien rincés l'oeil. Pour ceux qui se demandaient à quoi ressemble un vélo d'otaku, voilà! Pas besoin d'antivol, les voleurs ne sont pas fous. Ils n'ont pas envie de passer pour des cons et savent très bien que c'est invendable. Le début de la cérémonie approche. L'équipe italienne est en pleine concentration.
Vue des coulisses : la reine Victoria se gave pendant que le staff essaie en vain d'attacher le dernier bouton de son corset. La concurrence est rude pour attirer les photographes, alors les cosplayeuses rivalisent pour montrer le plus de viande possible. Naruto version Mme Butterfly.
Avec tous ces losers qui ne savent pas s'habiller autrement qu'en rose, jaune et autres machins fluos, on a perdu plusieurs dixième à chaque oeil en un seul après-midi vous savez... Les Italiens, applaudis pour la sophistication de leur costume SM. Ils ont bien fait d'utiliser les ordures de leurs décharges publiques napolitaines! Une équipe asiatique va jouer une scène inspirée de Macross Frontier. Ce fut d'un ennui... Les cosplayers sont sans doute les plus mauvais acteurs du monde, tout est forcé, pas naturel et ils chient de trac et de honte, alors...
Le seul truc sympa du show : à gauche, Gô Nagai s'est pointé. Au centre, le doubleur d'Amuro Ray (Gundam) et à droite Mizuki Ichirô. C'est la fille à lunettes que vous pouvez voir lors des répétitions. L'équipe française fait une chorégraphie intégrant un tour de prestidigitation. Lorsque l'équipe brésilienne est passée, la communauté brésilienne dans le public a fait savoir son soutien. Les Japonais se sont tournés vers eux avec surprise et mépris. En fait, toutes les équipes sont passées les unes après les autres, sans aucune pause, sauf l'équipe japonaise, qui a été présentée en dernier en faisant durer le suspense.
L'équipe américaine. Les Japonais ont plébiscité le costume de fou (folle) du roi. Vous êtes un mec et vous voulez réussir là-bas? Habillez-vous en femme! Mizuki Ichirô a évidemment interprété un medley de ses plus grands titres. C'est le seul qui a été capable de mettre de l'ambiance avec ses génériques de dessin animé. Il faut dire que c'est quand même autre chose que Dragon Ball Z par Ariane Gil. Le vieux a encore du punch! Il a ensuite chanté avec les SKE48, sorte de clone du groupe AKB48. Lorsqu'elles sont entrées sur scène, le staff s'est mis à courir partout pour interdire toute prise de photo. Ensuite, elles ont chanté, et les furieux otaku se sont mis à danser et chanter sur le même rythme. Ces types de plus de 20 ans hurlaient les noms de chaque chanteuse qui, elles, ne devaient pas dépasser les 15 ans... Ils arrivaient à toutes les reconnaître et brandissaient leur éventail en synchro. Effrayant!
Fin du show. Le jury va délibérer. Le public est tout acquis à l'équipe japonaise, qui n'a pourtant rien fait de particulier. Les participants attendent le jugement dernier. Le public hurle son soutien à l'équipe japonaise. Et on annonce la victoire... de l'équipe japonaise! Quel hasard!!
L'équipe américaine est toutefois récompensée pour sa prestation et son costume blanc et bleu qui brille la nuit. Elle reçut en cadeau une machine à faire des nouilles plates WIFI. Les Espagnols remportent un prix pour leur thème "Candy". Voilà un thème bien réchauffé en 2009... La fête est finie, on est épuisé, et pourtant, les cosplayeux remettent ça. Et parfois, par terre. Leur énergie est à l'image de leur connerie: inépuisable!
Celui-là, on sait pas d'où il est sorti. Il devait transpirer comme un boeuf. Il a inscrit son nom de haut en bas : sa.no.su.ke. La dernière syllabe est l'homonyme de "poil", et se trouve juste à côté de ses poils pubiens. Il est encore plus drôle que nous...

La fête s'est finie très tard. Les amateurs s'attardant pour féliciter l'équipe gagnante. Globalement, on a eu l'impression que les Japonais ont autrefois donné des prix aux étrangers juste par principe, mais sont persuadés que eux seuls peuvent être crédibles en cosplay. Sur ce point, ce n'est pas totalement faux : quant il s'agit d'interpréter des personnages comme des écolières japonaises, on ne va pas mettre des étudiantes européennes qui ont mangé un peu trop de sandwiches turcs. Les Japonais l'ont compris, mais en France, c'est une évidence qui reste à acquérir.

Finalement, on peut dire que les Japonais étaient quand même bien gratinés, en particulier avec les otakus, les gothic lolitas de plus de 30 ans et les cosplayeurs travestis. Au niveau du voyeurisme, ils sont très forts. Il y a de plus une hypocrisie générale. Chacun considère l'autre comme pire. On se regarde d'un air amusé en se demandant comment ils n'ont pas honte. Une partie du public était en fait composée de gens comme nous, venus se marrer de tous ces losers.

Les Français sont donc des petits joueurs sur le plan des profils. Là, où les occidentaux font forts, c'est que sur des thèmes connus au Japon pour être exclusivement réservés aux enfants (Naruto par exemple), les cosplayeurs occidentaux ont au moins dix ans de plus que les Japonais...

Moralité :

MORT A TOUS LES COSPLAYERS DU MONDE ENTIER!

Dans une convention de cosplay jap, on trouve toujours un thème néonazi. C'est une preuve de bon goût...


home