On nous écrit souvent pour nous dire que nous exagérons sur Jpop Trash, que les fans ne sont pas "comme ça". C'est vrai, ils sont pires! La réalité est encore plus grave que nos moqueries de potaches. Une preuve parmi tant d'autres, la fugue en train de Lorie et Jennifer (ça ne s'invente pas!) vers le Japon, qui fit le tour en 2006 des médias mais aussi celui de la petite communauté des fans de manga, animation, Jpop etc.
De nombreux fidèles de Jpop Trash nous ont envoyés cette histoire vraie afin qu'elle figure sur le site. Mais cela n'était pas suffisant pour démontrer toute l'étendue de la connerie de ces deux pauvres truies. Alors, nous avons enquêté sur elles et nous sommes en mesure de vous raconter toute l'histoire de a jusqu'à z. Nous vous la livrons ici en exclusivité pour Jpop Trash!


Jennifer Chombier et Lorie Chotard ont 16 ans toutes les deux et elles sont en classe de 3e du collège Enrico Macias dans l'Essonne. Elèves médiocres, elles s'apprêtaient donc à poursuivre de longues études qui ne les mèneraient nulle part, comme des millions d'autres, parce que pendant que ces gens-là glandent à la fac, ils ne sont pas inscrits sur les listes de demandeurs d'emploi. Et puis quand on a pas de talent, il faut des diplômes. Pour leur orientation, elles avaient coché la case "BEP manga" mais ça n'existe pas. D'ailleurs, la case n'existait pas non plus sur le formulaire, mais, malines, elles en avaient dessiné une...
Jennifer et Lorie sont tout le temps ensemble. Quand on en voit une, l'autre n'est pas très loin. Quand elles sont en bande, leurs autres amies les appellent "J-Lo". Quand elles ne sont pas là, elles sont surnommées "les deux connes"...
J-Lo sont malheureuses dans leur vie. Il ne se passe rien, elles s'ennuient. Elles ont pourtant tout. Leurs chambres sont pleines de jouets, leurs murs de posters, leurs étagères de consoles et de mangas; elles ont pour un SMIC de haillons fashion sur le cul, l'iPod de 60Go dans la poche (l'an prochain, il leur faudra le 120Go évidemment parce que c'est vital d'avoir 500 000 chansons sur soi...), elles mangent trois fois par jour, ont en moyenne 25€ d'argent de poche par semaine etc. Et pourtant, elles se sentent privées de tout! Leurs parents ne comprennent pas cette nouvelle génération d'ingrats vivant sur leur dos et n'ayant pas le moindre remerciement. Peut-être que leur défection vient de là, une sorte d'abandon plus ou moins conscient. J-Lo ne se sentent vivre uniquement quand elles achètent des mangas en VF ou téléchargent des mp3 ou des divx de musique classique japonaise: Miyabi, Hide, Mana etc.

Lorie, lors de sa photo de classe Jennifer à Japan Expo en cosplay Lorie en vacances en Espagne avec ses parents

Le Japon les fascine toutes les deux. Là-bas, tout est bien pour elles. Il y a des mangas, des sushis et Miyabi chou. C'est pas comme la France, où il y a que des BD, du cassoulet et Julien Lepers pas chou. L'idée de partir les avait déjà effleurées mais bon, pas simple. Surtout pour Jennifer qui n'a pas la permission de sortir après 20h00...
Un jour, après une violente dispute entre Lorie et sa mère, à propos d'une autorisation de se faire scarifier sur le front "Miyabi forever" (autorisation refusée, elle n'a pas le front assez large...), Lorie décida que c'en était trop! Il lui fallait quitter cet enfer qu'est l'appartement familial de 200m². Après avoir demandé à sa mère maudite la permission d'utiliser son portable parce que son propre forfait était HS (on était le premier du mois aussi...), permission que maman lui accorda mais uniquement si elle rangeait sa chambre, elle téléphona à Jennifer et lui confia son désir de quitter la France à tout jamais et de partir pour le Japon. Coïncidence troublante! Jennifer venait elle aussi de se quereller mais avec sa grande sœur et sur un sujet extrêmement important: qui était le plus choupi des deux? Miyabi ou Bill Kaulitz. La grande sœur l'avait emporté sur ce sujet épineux par deux baffes à zéro. Les joues cuisantes, Jennifer se dit que, elle aussi, devait s'en aller. Initialement prévu pour le vendredi, le départ fut déprogrammé et reporté au samedi parce que vendredi, c'était la finale de la Star Academy, elles ne pouvaient pas rater ça!

 

Préparation du périple

lorie6.jpg (145803 octets)

Cliquez dessus pour l'agrandir.

Partir à l'aventure comme ça demande de la préparation. Pour cela, il leur fallait les conseils d'un spécialiste, quelqu'un qui est allé un peu plus loin que la Porte de Champerret dans sa vie. Jennifer se procura donc le dernier livre de Nicolas Hulot, vous savez le mec de la télé qui est payé pour faire des activités de vacances, et commença à le lire mais elle fut bien déçue. Il n'y avait pas d'images, pas de super-pouvoirs, pas de ninjas non plus. Ça ne parlait que de météo qui se réchauffe. Jennifer trouva ce livre complètement naze et se demanda pourquoi le mec d'outchouhaya avait pris la peine de l'écrire. C'est vrai ça, en été, il fait plus chaud, ça tout le monde le sait! Elle arrêta donc la lecture du livre à la page 3 mais promis d'y revenir un jour... Ne pouvant compter que sur elle et sa copine, il ne leur restait plus qu'à improviser.
J-Lo avaient tout prévu. Dans leurs petits sacs truffés de patchs cousus dessus, elles avaient emporté leur porte-bonheur: une photo de Miyabi dédicacée par Mana découpée dans Japan Vibes, le magazine favori des skyblogueurs, et plusieurs culottes de rechange. Voir Miyabi en divx leur déclenchait toujours à toutes les deux des fuites incontrôlables alors qu'est-ce que ça allait être une fois en vrai!
Pour le reste, ça rappelait beaucoup un départ en vacances, avec des sandwiches au porc de cochon, des oeufs durs qui schlinguent, des paquets de gâteaux écrasés, des chips en miettes, des barres chocolatées fondues, de l'eau tiède, une petite serviette à carreaux rouges.
Totalement désespérée, Lorie écrivit une bouleversante lettre d'adieu à ses parents, qu'elle mis bien en évidence sur le buffet familial en formica orange; lettre que nous avons retrouvée (voir ci-contre).
Evidemment, l'iPod ne fut pas oublié. L'intégral de Miyabi était dedans et en double, au cas où. Elles attendaient avec impatience le moment où elles pourraient lui dire en pleurant de tous leurs orifices naturels: "Nous sommes tes plus grandes fans, on a tous tes mp3! Et en double!"
L'itinéraire avait été soigneusement établi. Tout d'abord, en stop, puis le train régional. Puis ensuite, le bus, puis le métro pour arriver à la gare. Là, elles prendraient le premier train en partance vers l'Est. Prudente et avisée, Lorie avait emmené une boussole avec elle, une carte routière Michelin des pays de l'Est qu'elle connaissait (Strasbourg et Mulhouse) et, pour ne pas se perdre, la photo d'un GPS. On ne sait jamais... Pour quitter la maison familiale sans se faire repérer, elles rusèrent toutes les deux. Lorie déclara qu'elle allait chercher ses médicaments (elle souffre d'une crapuleuse infection du visage la pauvre chérie), Jennifer elle, ne dit rien, vu que personne n'était à la maison. Elle dit simplement au revoir au radiateur, son confident de toujours, et partit sans se retourner.
A la gare, une fois les billets achetés ("
le plus à l'est possible" diront-elles au guichetier) grâce à l'argent des commissions, J-Lo eurent une véritable fascination pour le composteur de billets. Vous savez, ces grandes bornes, qui font des trous. Qui font des trous... L'idée vint très vite à nos deux prix Nobel. Leurs parents leur avaient toujours refusé un piercing, elles allaient s'en faire faire un gratos grâce au composteur! Vive la SNCF! Hélas, après plus d'une demi-heure d'essais infructueux, elles durent cesser leurs efforts car aucune partie de leur corps ne rentrait dans la mince fente du composteur. Il fallait voir Lorie tentant d'introduire son lobe d'oreille gauche dedans ou sa lèvre inférieure! A quelques centimètres près, c'était bon. Quel dommage! Un agent de la sécurité de la SNCF, intrigué, vint les voir et lorsqu'il se rendit compte de ce qu'elles faisaient, leur demanda, avec des yeux ronds comme des billes: "Mais... vous venez des pays de l'Est vous ou quoi?" Et Lorie de répondre tout sourire: "Nan, mais on va y aller là!" Elles s'éloignèrent rapidement en gloussant et fières de leur si grande maîtrise d'elles-mêmes.

 

L'aventure commence

Photo de Lorie faite au portable dans le train.

Le départ de la locomotive fut le déclic. Ça y est bouge, ça y est bouge!!! J-Lo n'en revenaient pas, elles étaient désormais parties de chez elles, à l'aventure! Jennifer jubilait doublement, elle allait échapper au contrôle de maths de lundi!
Elles se sentaient bien toutes les deux dans ce train, elles s'éloignaient de leur vie morose et sans avenir. Demain, elles seraient au Japon et après demain, Miyabi chanterait juste pour elles dans le vaste appartement qu'elles auraient loué en plein centre de Tôkyô, juste en dessous du quartier de Shibuya, devant Shinjuku et à dix mètres de Akihabara. Et après, qui sait? Probablement qu'elles travailleront à l'ambassade française du Japon, section "manga" ou dessins animés...
Elles se sentirent encore plus sûres d'elles lorsque le contrôleur vint vérifier leurs billets. Tout marchait comme sur des roulettes. Jennifer, gonflée, demanda au contrôleur s'il avait aimé le dernier single de Miyabi. Il leur répondit qu'il ne savait pas qui c'était. J-Lo n'en revenaient pas! Comment pouvait-on ne pas connaître Miyabi??? Ayant pitié du pauvre contrôleur, elles lui sortirent une photo du chanteur japonais pour lui montrer. D'après nos informations, il en rigole encore!

Pendant le trajet, J-Lo passèrent devant des paysages différents. C'était dingue pour elles. C'était donc comme ça dehors? Oh, là, un pécore sur son tracteur! Oh, là, une maison de merde plantée dans un champs avec une mare cradingue! Oh, là, un cimetière! Ce dernier lieu donna l'idée à Jennifer d'envoyer un SMS à Courtney Michu, une de ses copines gothiques de Béthune, fan de BJD, trilingue (français, SMS et chtimi), capricorne et obèse. Ce SMS disait: "ia 1 otre simetiair pour fair des foto avc ta BJD, il est tou droua a 27mn43sec après le dépar du trin; il é fasil a voir ya D croi" Courtney reçut le message alors qu'elle était en train de songer au suicide. Pensez donc, elle se torturait l'esprit pour savoir quoi mettre sur ses tartines pour le petit déjeuner: rillettes ou pâté? Cruel dilemme! La lecture du chaleureux texto la fit basculer du côté de la vie et, de joie, elle tartina les rillettes ET le pâté pour accompagné son bol matinal de cinq litres de chocolat chaud à la crème. Merci Jennifer!

 

Les belles rencontres

Jennifer épuisée mais heureuse.

Voyager, c'est sympa, mais au bout d'un moment, c'est moins sympa et, finalement, c'est plus du tout sympa après deux heures. C'est même carrément chiant! J-Lo quittaient l'Europe pour toujours, il fallait en profiter encore un peu. Ben oui, demain elles seraient au Japon et elles parleraient japonais, oubliant donc le français (NDT: dans leur cerveau, y'a pas la place pour deux langues). Elles décidèrent de se mettre en quête d'un compartiment avec des cosplayers pour papoter. Après une longue recherche, elles furent légèrement frustrées de voir qu'il n'y en avait aucun dans les wagons. C'était vraiment dommage, J-Lo adorent les cosplayers, elles les trouvent si beaux et si intelligents. Ce sont vraiment des modèles de grâce et d'élégance vestimentaire pour elles. Elle se vengèrent en achetant des sandwiches au jambon et au wagon restaurant. 35€ le jambon-beurre, à consommer avant avril 1984. Une fois le sandwiche ouvert, la tranche de jambon était si fine qu'elle en était transparente et la couche de beurre se mesurait en angström. Merci la SNCF!

L'arrivée en Allemagne fut décevante pour nos deux intrépides aventurières. En effet, n'était-ce pas là que Dir En Grey était venu donné plusieurs fois des concerts? Elles pensaient donc logiquement ne trouver que des fans, habillés comme le divin groupe. Hélas, la logique n'est pas de ce monde et elles ne tombèrent que sur des gens vêtus de T-shirts avec le nombril qui dépasse et portant comme inscription "Kiss me, I'm stinking", de curieux shorts montrant de grosses cuisses roses flasques, des chaussettes blanches dans des sandales et des bobs. Lorie s'indigna et demanda à l'un des quidams pourquoi il ne portait pas d'uniforme SS comme Dir En Grey. Non mais c'est vrai quoi! Dir En Grey vient les voir juste chez eux, en Allemagne, et ils ne portent pas le bel uniforme nazi avec la tête de mort. "Vous êtes cons ou quoi? Vous n'avez pas envie d'être aussi choupi que Kyo d'amour?" éructa Lorie très en colère au pauvre gars. Le quidam, qui par une chance extraordinaire parlait français, ne dit rien et, pour toute réponse, dégueula sa choucroute sur les chaussures compensées de Lorie, offertes par sa mère en échange de bonnes notes bien qu'elle en ait ramené que des mauvaises, avant de s'en aller. Après avoir essuyé les résidus de chou et de bouts de saucisses cuites au vin blanc qui commençait à entamer le sky du cuir de ses godasses, Lorie se demanda pourquoi une telle réaction. Peut-être était-ce pour se faire pardonner et de montrer que, lui aussi, pouvait être trash. Généreuse, Lorie lui accorda le bénéfice du doute.

Une fois arrivées en Pologne, nos deux globe-trotteuses décidèrent de se dégourdir un peu les pieds. Les chaussures de gothiques c'est sympa, mais c'est pas fait pour marcher longtemps avec, sinon, ça fait mal aux pétons. Pendant qu'elles foulaient le quai en mangeant l'épouvantable sandwiche au pain de la SNCF, elles furent immédiatement accostées par un homme du cru. Habillé en costume rayé, avec des pompes noires et blanches, petite moustache, lunettes noires, borsalino, oeillet à la boutonnière, bagouzes plein les doigts, il disait s'appeler Pedro et faisait travailler beaucoup de filles dans le pays. J-Lo n'avaient bien évidemment jamais travaillé de leur vie, tout leur argent venait de papa/maman. Mais l'idée d'en gagner les séduisit, en particulier lorsque Pedro leur confia que le boulot en question n'était pas compliqué. Il suffisait juste de mettre certains habits, de se mettre dans une certaine position et d'attendre que ça se passe. "En position style Naruto quand il fait son attaque?" demanda la mutine Jennifer? Pedro ne dit rien, et à son sourire qui se dessinait sous sa fine moustache, il savait qu'il venait de tomber là sur deux mines d'or. Hélas, tout tomba à l'eau lorsque le train se mit à démarrer. La réaction de Lorie fut immédiate: "Oh mon dieu! On ne va pas rester ici, Miyabi chou nous attend!! Vite, dans le train" Cours J-Lo, cours!!! Pedro n'eut le temps de rien faire, rien dire. Il resta de longues minutes sur le quai, complètement interloqué par les deux forces de la nature qu'il venait de rencontrer. Il se consola en jouant seul au baby-foot chez lui.

 

Le retour

Lorie et Jennifer, de retour en France!

Il fallut attendre deux jours après leur fugue pour que les parents de Jennifer se rendent compte que leur fille n'était plus là. Interrogés sur ce manque de responsabilité, ils déclarèrent que même quand elle était à la maison, ils ne la voyaient jamais vu qu'elle passe sa vie bouclée dans sa chambre à écouter de "la ferraille" (NDT: du metal). La police fut prévenue et les recherches commencèrent. Elles furent rapidement localisées grâce à un SMS envoyé à la gare polonaise à l'attention de leurs parents: "on é en polone, C plin 2 poloniais!" Afin de les retrouver encore plus rapidement, la police française se mit en relation avec les autorités européennes, polonaises et aussi avec le groupe Millennium, intéressé par cette affaire vu qu'une de leurs prophéties disait que la fin du monde viendrait de deux pauvres filles.
Après plusieurs messages envoyés par les flics, leur disant de rentrer, dont un de Sarkozy lui-même, demandant de rentrer immédiatement sinon elles seraient expulsées de France, elles envoyèrent un SMS adressé au commissaire : "On é dan le KK" En fait, là, il n'y avait aucun problème particulier mais c'est parce que Jennifer commençait à avoir des fuites de matières fécales et ça sentait très mauvais dans le compartiment... Il était vraiment temps de faire marche arrière. Prises en charge par les forces de police du coin, leur voyage de retour fut intégralement payé par une association de charité, le S.P.E.R.M, le Secours Permanent Elémentaire pour Ramener les Morues. Merci à eux!
Les parents de Lorie, eux, furent les plus consternés de ce retour. Contrairement à ceux de Jennifer, ils s'étaient immédiatement rendus compte de l'absence de leur fifille et, pensant qu'elle était déjà étendue dans un fossé ou prisonnière dans la cave d'un pervers pour les quinze prochaines années, ils avaient pris les devants en publiant dans la journée une annonce dans un journal gratuit de leur région comme quoi ils sous-louaient la chambre de leur fille disparue, en attendant de vendre ses affaires à la prochaine braderie de la ville... Hélas, la revoilà! Quel manque à gagner pour eux! Comment allaient-ils rembourser leur écran-plasma maintenant??

 

Epilogue

Jpop Trash aurait aimé que cela se termine comme ça pour elles...

Le retour fut à la fois pénible et heureux. Pénible car c'était le retour à la case départ pour J-Lo, et sans prime de 1000frs. Elles virent que leurs chambres-prisons les attendaient, toutes propres et rangées. Même le lit était fait. C'était tellement déprimant. Pénible aussi pour Jennifer qui dût recevoir une leçon aussi cruelle que terrible de la part de son père: pour la punir, il avait décidé qu'elle serait de corvée de vaisselle toute la semaine et ne pourrait regarder la télé que jusqu'à minuit du soir pendant un mois entier. Cruauté!

Pressés par les huissiers qui menacèrent de venir saisir leur plasma, les parents de Lorie revinrent sur leur décision et décidèrent de sous-louer quand même la chambre de leur fille à un réfugié kosovar épileptique mais gentil. Lorie allait être bien avec lui, dans le même lit, parce qu'il y a pas la place d'en mettre deux.
Retour heureux tout de même car J-Lo sont devenues des stars dans leur entourage. Des inconnus leur parlent et s'intéressent un peu à elles. Ça les change d'avant! Elles sont celles qui ont voyagé et se sont le plus rapprochées du Japon, à moins de 10 000km... Quand on leur demande si elles ont vu Miyabi chou, elles répondent en chœur: "Oui, de loin mais c'était giga cool!" Elles signent désormais des autographes à l'aide de stylos délivrant une encre à paillettes sentant la framboise, racontent sans fin leur histoire qui ne cesse de changer et de grossir de jour en jour, et n'hésitent pas à corriger et donner des conseils aux amoureux du pays du soleil levant en disant: "nous au Japon, on fait comme ça..." Elles envisagent de créer un fan club très bientôt.
Aux dernières nouvelles, Jennifer fait des études par correspondance pour devenir sorcière. Lorie, elle, fait de l'herpès, comme toujours, et souffre d'insomnie vu que le locataire kosovar hurle toutes les nuits dans son sommeil. Tout est bien qui finit bien!


- C'est ça mon public? Je deviens plombier dès demain!

home